Monstrueux dinannais

Anken

Un jour pour faire plaisir à son jeune fils, Terrence un Coriosolite trentenaire décide de creuser un trou assez profond dans son jardin… Quelle étrange idée ! Surtout lorsqu'il tombera non pas sur un os comme on dit, mais des dizaines, de toutes formes, de toutes tailles et humains pour la plupart… Au même moment ou presque, à quelques kilomètres de là, un autre homme, un dinannais cette fois dont la mère vient de mourir de façon naturelle en décide autrement. Il va alors creuser lui aussi, à la recherche de la vérité… Mais à trop vouloir déterrer le passé, on finit par creuser sa propre tombe…

Type : Polar
Auteur : Cédric Lesueur
Editeur : Deslivresetnous.com
Numéro ISBN : 9791090041103
Nombre de pages : 207
Format : 11 X 18

Début de l'histoire :

Cela faisait quelques mois déjà, peut-être un an qu'il survivait lamentablement dans une maison néobretonne aux environs de Dinan, cité médiévale et accessoirement sous-préfecture des Côtes-d'Armor. La Bretagne du Nord, celle où il fait plus froid et où il pleut plus souvent qu'au Sud forcément. Terrence Ferville avait choisi précisément cette demeure parce qu'elle était un peu isolée, mais surtout très discrète. Hors de tout lotissement, on la devinait plus qu'on la voyait, improbable, presque transparente. Un peu à l'image pas toujours très sage du propriétaire, trentenaire vieillissant qui serait bientôt mis en quarantaine. Pour cette nouvelle vie d'ermite, de cénobite tranquille, l'endroit paraissait idéal, presque parfait, il fallait bien l'avouer. La nouvelle résidence était dissimulée derrière d'immenses haies de fuchsia, si hautes que parfois même le trop rare soleil breton ne parvenait pas à dépasser ces obstacles infranchissables. Là-bas, comme résigné, attendant la mort ou je ne sais quel autre signe du destin, Terrence se contentait de vivre dans l'ombre, l'ombre de lui-même…

Critiques de la presse et avis des internautes :

Extrait :

Cependant, parfois à force de chercher, on trouve… Pas forcément le nom de la victime, mais le mode opératoire peut-être. Terrence fit donc enfin une découverte d'importance. Il trouva non pas du plomb dans certaines dents de son copain puisqu'il n'en avait plus, mais à l'extérieur… Trois balles en tout et pour tout, que la pluie s'étant déjà mise à retomber avait lavé de leur manteau de terre qui les masquait jusqu'à lors. Là encore, une bonne dose de sarcasme, lui servit de rempart pour ne pas sombrer dans la folie ou du moins un état d'inquiétude assez proche qui s'emparait inexorablement de lui.
− Au moins, je suis sur qu'il ne s'est pas suicidé ! Murmura-t-il les sourcils levés au ciel en contemplant les projectiles dans la paume de sa main. Il hésita à prendre ou reprendre du café, il ne savait déjà plus. D'un côté, il était suffisamment excité comme cela, de l'autre, une bonne d'énergie supplémentaire ne serait pas inutile pour exhumer le second corps et procéder aux mêmes analyses. Deux heures plus tard, une fois sa tâche accomplie, Terrence, épuisé, alla chercher son mètre de bricoleur du dimanche pour confirmer ce qu'il redoutait à vue de nez… La taille mesurée ainsi ne dépassait pas cent quarante centimètres.